Joëlle Van Hee | Uppshala, petites peurs des caves au grenier
348
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-348,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.6,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Deux familles, parents et enfants, musiciens et auteure ont travaillé pendant une année pour finaliser à Uppshala (en Suède au nord de Stockholm) dans le studio du musicien suédois Lars Hollmer un CD concept traitant de ces petites et grosses peurs qui ont pour point commun de prendre leur source dans une pièce ou un lieu particulier d’une grande maison.

Vingt chansons gaies, tendres, tristes, burlesques,… mais toutes revendiquant une qualité de texte et de musique. Tous les instruments sont acoustiques (violoncelles, contrebasse, basson, cor anglais, hautbois, percussions, piano, accordéon, mandoline…).

Le Spectacle reprenant les chansons du CD. L’unité du spectacle est assurée par une mise en scène qui crée le lien entre chaque chanson tout en attribuant une touche particulière à chacune d’elles. Un bonimenteur assure le fil conducteur de l’ensemble.

Monté au Botanique dans le cadre de Noël au théâtre. Joué de nombreuses fois (Botanique, Espace Delvaux, Francofolies de Spa).

 Composition musicale : Michel Berckmans et Alain Gilbert.
Textes des chansons : Joëlle Van Hee.
Conception pochette et violoncelle : Aurélia Boven.
Chanteurs : Ilona Châle, Philippe Tasquin, Pascale Vyvère, Zoé

Extraits de presse :

« Régime sonore, alimentaire, élémentaire de chants coquins et quotidiens aux textes fins, voix d’enfants cristallines pour chasser les sorcières.
Autre complément indispensable à un spectacle, l’irrésistible CD « Uppshala » qui raconte les petites peurs des caves aux greniers et que tous les enfants ont obtenu, sans trop de résistance parentale, à la sortie du spectacle homonyme, présenté en première au festival Noël au Théâtre. (…) Parents mêlés à leurs enfants, enfants seuls, parents seuls, amis réunis en noir et fuchsia pour fredonner un doigt de mauvaise conscience, un fond de culpabilité, pour chasser les mauvais esprits, délirer tendrement et fêter dignement Noël, toutes générations confondues.
 »
Laurence Bertels, La Libre Belgique, 12 janvier 2000.

Extrait audio

Laisse l’eau, laisse l’eau rouler
Laisse l’eau rouler sur tes joues
C’est la lune, c’est la lune
Qui t’offre des perles
C’est la lune, c’est la lune qui cueille ses étoiles.

Laisse l’eau, laisse l’eau rouler
Laisse l’eau rouler sur tes joues
C’est la lune, c’est la lune
Qui s’offre des perles
C’est la lune qui cueille tes étoiles.