Joëlle Van Hee | Migration
355
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-355,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.6,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Le dernier des mohicans

Un petit indien sur son canoë–en quête d’une jolie squaw à aimer – Descend le grand fleuve qui va à New York
Guidé par Shamu Son ami Ll’orque –  Il pagaie avec son calumet –  Qui ne sert plus à fumer la paix
Il se croit le seul à être – Le dernier des Mohicans – Nous sommes six milliards à être – Le dernier des Mohicans
un vieux pygmées au bord de l’Uele – Un vrai sage armé d’un likembé – Et toujours faire flanqué de ses deux gorilles
Est tombé sur Boula-Matari – Qui l’a envoyé dans le caoutchouc – Il y a perdu son Nil dans ce souk
Refrain
Un enfant rap élevé dans la cité – Qui baisse les yeux pour ne pas avoir le ciel – Sa jungle est grise, forêt
désenchantée – Il a jeté ses rêves à la poubelle – Car ce qui pousse comme des champignons
Ce ne sont que d’affreuses fleurs de béton
Refrain
Un petit indien sur son canoë – Un vieux pygmées au bord de l’Uele – Un enfant rap élevé dans la cité – Voudraient
que les fleurs poussent sur le macadam – Mais quand, pour leur âme , ils font du ramdam – Tout le monde s’en fiche,
n’est-ce pas Monsieurs, Dames
Refrain